Présentation

L'Urologie

L’urologie est une spécialité médico-chirurgicale.

L’urologue traite les maladies de l’appareil urinaire de l’homme et de la femme et de l’appareil génital masculin.

Il assure le diagnostic et la prise en charge médicale ou chirurgicale puis le suivi des pathologies des organes suivants :

Rein : tumeurs (cancers), kystes, calculs, malformations, infections...

Vessie : Sang dans les urines (hématurie), polypes ou tumeurs vésicales, troubles de la miction (prostate), chute de vessie chez la femme et incontinence, inflammation…

Conduits urinaires (uretères, urètre) : obstruction, malformations, incontinence urinaire…

Organes génitaux masculins (prostate, testicules, verge…): cancers, infections, kystes, tuméfactions (grosseurs), déformation...

Il prend aussi en charge les problèmes sexuels de l’homme (érection, éjaculation) et ses troubles de la fertilité ; réalise des vasectomies.


Motifs de consultation et examens complémentaires : 

Difficultés à uriner ou à l’inverse incontinence, hématurie (sang dans les urines), calculs, infections urinaires, tumeurs de l’arbre urinaire ou de l’appareil génital (diagnostic précoce ou traitement et suivi après découverte fortuite)...

 

VASECTOMIE 

La vasectomie est une méthode définitive de contraception masculine. C’est une opération chirurgicale qui consiste à ligaturer les deux canaux déférents pour empêcher les spermatozoïdes de se mélanger au liquide spermatique.

La vasectomie est réalisée par une petite incision sur chaque bourse pour atteindre le canal déférent. Chaque canal est lié et un morceau de celui-ci est retiré pour diminuer le risque de reperméabilisation. La peau est ensuite refermée.

Il faut compter une heure au cabinet et ne pas programmer de travailler ce jour là.

Il existe différentes techniques chirurgicales. La technique «  sans bistouri » est la même que la technique conventionnelle mais des ciseaux servent à ouvrir la peau à la place du bistouri.

La stérilité (ou l’infertilité) n’est pas immédiate. La fécondité persiste tant qu’il existe des spermatozoïdes dans le liquide spermatique. Il faut donc utiliser une méthode supplémentaire de contraception pendant environ 12 semaines jusqu’à ce qu’un spermogramme confirme l’absence de spermatozoïdes vivants dans le liquide spermatique.

 

DEBITMETRIE

La débitmétrie est l’étude du débit mictionnel (ml/sec). Après avoir uriné dans une sorte de gros entonnoir, un graphique apparaît aux yeux du médecin et en fonction de ses caractéristiques, il peut apprécier la qualité de votre miction et suspecter différentes maladies. Elle est très souvent associée à la mesure échographique du résidu post mictionnel (ce qu’il reste dans la vessie après avoir uriné).

 

ECHOGRAPHIE

L’urologue peut être amené à réaliser une échographie de la vessie (ultra-sons), de la prostate, des reins et des organes génitaux externes (testicules et verge).

 

CYSTOSCOPIE

La cystoscopie consiste en la réalisation d’une vidéo de l’intérieur de la vessie. Elle permet de faire des diagnostics (polype, anomalie) mais aussi de retirer des structures laissées en place pendant une opération quelques jours auparavant (sonde en pig-tail ou JJ). Il s’agit d’un examen réalisé en cabinet, sous petite anesthésie locale (gel dans l’urètre) à l’aide d’un fin appareil que l’on introduit par le méat urétral.

 

ANALYSES DE SANG OU D’URINE

PSA : Prostat Specific Antigen, il s’agit d’un marqueur très sensible des tumeurs de la prostate, il fait suspecter une tumeur de la prostate lorsqu’il est supérieur à 4ng/mL. Néanmoins d’autres facteurs peuvent le faire augmenter, ainsi, il faut l’interpréter en fonction de l’âge, l’espérance de vie, le toucher prostatique, l’analyse d’urine et l’IRM de la prostate. Il est aussi très utile une fois que le cancer de la prostate est avéré. Il permet de suivre l’évolution de la maladie.

Culture urinaire: les urines sont habituellement stériles. L’infection urinaire est fréquente chez la femme plus rare chez l’homme. Une analyse bactériologique des urines s’interprète aussi en fonction du contexte et avec une autre analyse d’urine (bandelette ou sédiment urinaire) en rapport. La présence de bactéries dans les urines n’est pas toujours une maladie, elle est recherchée par votre médecin seulement en cas de symptôme ou dans des situations spéciales. Le résultat d’une analyse n’est pas toujours le reflet de la réalité, par exemple des bactéries ont pu « contaminer » les urines après le prélèvement. 


LIENS D’INTÉRÊTS

www.swissurology.ch

www.groupedesurologuesdegeneve.ch

www.urofrance.org

www.uroweb.org

Dr MENGIN
Matthieu
  • Urologie
Téléphone
022 879 51 00
Fax
022 879 50 61